Natrimoine

Comment parler de nos héritages culturels ?

Il n’est pas neutre, le Patrimoine, c’est ce qui vient de nos Pères, étymologiquement, de nos guides masculins, ou de nos guides tout court, ramenés au mâle, parce qu’on nous le répète depuis les bancs de l’école : en français (comme dans la vie) les hommes l’emportent toujours.

Le Matrimoine existe, oui, des voix féministes m’ont déjà convaincues de l’employer pour mettre en avant le travail des femmes, des figures trop souvent oubliées par l’histoire, ce qui nous vient de nos Mères.

Ou plutôt, le Matrimoine essaie d’exister. Il demeure une tentative de féminiser la langue que les académies autoproclamées ignorent. Il parait toujours comme une erreur à corriger, souligné de rouge dans les textes que j’écris en l’employant. Alors tant qu’à faire, autant inventer mieux.

Il est toujours imparfait, le Matrimoine.

Il ne s’applique que dans les cas, rares, où l’on ne désire parler que de femmes.

Pour tous les autres cas, le Patrimoine revient, injustement, toujours.

Le Patrimoine ne devrait s’appliquer que dans les cas, rares, où l’on ne désire parler que d’hommes.

Pour tous les autres cas, j’aimerais poser un terme épicène.

A quoi sert en effet que je tienne ce dictionnaire si je n’ai pas, au moins une fois de temps en temps, l’ambition d’inventer un mot ?

Pile entre le M de Matrimoine et le P de Patrimoine, il n’y a qu’une consonne : N.

Je voudrais dire ceci : Natrimoine.

Vous l’adopteriez ?

Natrimoine pour parler de nos héritages culturels communs : Non-genrés, Non-binaires, Neutres.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *