Accueil

Je viens pour m’introduire. J’écris comme on envoie des bouteilles à la mer. Je fais semblant d’être ingénieur. Je trouve des solutions à des problèmes inexistants. Je suis parfaitement inutile. J’aime les adverbes quand ils n’aident pas le verbe. Omniprésence du paradoxe.

Où suis-je ?

M’entendez-vous ?

Recueil Légendes oubliées
Recueil Rupture

Sur ce site

Parlons mots

« Parlons mots » est une tentative de dictionnaire parcellaire et subjectif, à l’inverse de ce que les dictionnaires doivent être. C’est une déclaration d’amour aux points d’interrogation, une mise à distance de la définition, une approche consentie du paradoxe de toute chose.

Ecriture

Micro-fictions, Nouvelles, Romans…

Articles de blog

Mes réflexions du moment, sur l’écriture ou sur la lecture, ou bien sur le monde en général, qui sait ?

Derniers Ajouts

Articles
  • Les livres de la terre fracturée, donc.Gros morceau.Grâce à cette trilogie, j’ai maintenant d’avantage de respect pour les auteurs qui écrivent des sagas de plusieurs millions de mots en cinq, sept, dix volumes voir davantage. Que vous aimiez ça ou pas, que vous pensiez quand vous en entendez parler « Waouh » ou « Beuh », je vais vous

  • Si vous avez lu mon précédent article sur L’espace d’un an, ce ne sera absolument pas une surprise : J’ai adoré Libration, deuxième opus de la série des Voyageurs (par Becky Chambers) !Bien sûr, on me l’avait dit, il aborde des thèmes bien différents : toujours le même univers, mais avec de nouveaux personnages (à

  • Trigger warning : Le roman (et l’article) parlent notament de viol, de dépression, de suicide, d’automutilation, d’anorexie et d’alcool. Toutes ces folies, chacun de ces aveuglements, trouvent leurs origines dans les portes. […] Elles s’ouvrent, des choses naissent, elles se ferment. L’ouverture est facile, une expulsion, une expansion, une inhalation : de la poussière de

Parlons mots
  • Nous

    C’est une réflexion qui m’anime depuis que j’ai lu Stone Butch Blues de Leslie Feinberg. Dans les diverses annexes ajoutées à la fin du roman par les édition hystériques et associées, il y a ce passage : Je respecte le pronom de toute personne, en tant que part importante de son humanité et de son

  • Solitude²

    Peut-être l’article qui m’aura pris le plus de temps à écrire. Des mois que je tente de le faire exister. Que je l’écris puis que je l’efface, me disant que ce n’est pas si grave, au fond, que mon propos trouvera bien le moyen d’éclore par autrement, par la fiction. Que si j’échoue dans la